Costa Rica, un pays où règne une nature exceptionnelle

Costa Rica

Depuis une quinzaine d’années, le Costa Rica est devenu une référence mondiale en termes d’écotourisme. Pour illustrer, il consacre près de 27 % de sa superficie en aires protégées et 13 % en parcs nationaux. Ces derniers sont aujourd’hui au nombre de 21. Le territoire costaricien jouit d’un décor unique où la forêt tropicale, tantôt sèche, tantôt humide, s’étend aussi bien sur les basses terres que sur les hautes terres, pouvant parfois atteindre jusqu’à 3820 mètres. Le territoire contient des vestiges précolombiens, des volcans, des lacs, des lagunes, des parcs marins, des îles ou encore des grottes. Il est riche d’une biodiversité qui compte 13000 variétés de plantes, 6000 espèces de papillons, 1600 familles de poissons et 163 lignées d’amphibiens, sans compter les singes, les tapirs, les petits félins et autres paresseux qui sont répartis dans les 50 parcs aménagés.On peut dire que le tourisme local s’accorde avec les exigences réclamées par les globe-trotters, d’autant plus qu’ils trouvent des infrastructures comme les restaurants et les hôtels sur les chemins qu’ils empruntent.

Se promener au cœur d’un environnement naturel enchanteur

Fort de sa réputation de pays tranquille, cette partie de l’Amérique latine est devenue une destination incontournable pour les gens qui attachent une réelle importance à la protection de la nature. Aussi, beaucoup de touristes consacrent leurs voyages Costa Rica à l’exploration des espaces tropicaux, d’autant plus qu’ils sont animés par la volonté de préserver un patrimoine commun à l’humanité tout entière. Qu’ils soient en couple, en groupe ou en famille, les vacanciers partent à la découverte d’itinéraires exceptionnels et font des randonnées hors des sentiers battus. À leur rythme, ils prospectent un espace exubérant, avec une faune et une flore uniques. Par la même occasion, ils vont au plus près de la communauté indigène et ouvrent leur esprit aux traditions et cultures locales, en faisant preuve de tolérance afin de respecter réciproquement la diversité culturelle.

Voyager de façon responsable

Au Costa Rica, la déforestation et l’agriculture intensive sont les principales menaces de cette nature qu’il tient tant à préserver. Or, les promeneurs sont également des ennemis potentiels. Pour mériter le qualificatif d’écotouristes, ils doivent, surtout et avant tout, être écoresponsables. D’abord, pour protéger au maximum le cadre où ils se baladent, ils sont invités à ne pas jeter leurs détritus n’importe où, mais dans des poubelles et d’utiliser les systèmes de recyclage mis à leur disposition. Ensuite, ils sont priés de suivre à la lettre les réglementations en vigueur dans les parcs et les réserves naturelles qu’ils parcourent. Enfin, en aucun cas, ils ne doivent ni acheter, ni manger des aliments dont les produits de base proviennent de plantes ou d’animaux en voie d’extinction.Par ailleurs, ils peuvent participer directement à la reforestation en plantant des arbres ou indirectement en s’acquittant des taxes d’entrée ou de séjour. De la sorte, ils contribuent à la préservation et à la conservation des sites qu’ils visitent, tout en soutenant les efforts entrepris par les nationaux pour les protéger.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *